Forum d'échanges


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Victime de viol et de violence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
885522



Messages : 1
Date d'inscription : 13/03/2012

MessageSujet: Victime de viol et de violence   Mar 13 Mar - 23:49

Bonsoir,

SVP, ne me juger pas en lisant.

Voilà mon histoire à l'âge de mes 15 ans j'ai été victime d'une agression sexuel, c'était à ma sortie du lycée et par habitude avec des copines je passais toujours dans un parking pour raccourcir le chemin, mais ce jour là j'étais seule quand le drame c'est passé, mais moi je supposais que j'avais été repéré avant. Il y avait deux hommes d'une trentaine d'années qui m'avaient chargé dans le coffre de la voiture tout en appelant au secours mais il n'y avait personne. Et c'est là que j'avais compris qu'il se passait quelque chose de bizzard, sans trop savoir ce qu'ils allaient me faire. Il m'ont fait sorti du coffre pour m'installer sur les sièges de derrière, j'ai vu que l'on n'était dans une forêt là où il y avait personne, et là ils ont commençaient à me déshabiller, j'avais compris qu'ils allaient faire des choses atroces sur moi. J'ai crié au secours mais en vain. Il n'y avait personne pour m'entendre et m'ont dit ferme tagueule où je te tus. Un des deux hommes a baissé son pantalon et sortit son sexe, je me débattais le plus possible mais je ne pouvais pas car l'autre me retenais les bras si fort que j'avais des bleus, j'avais crié arrêtes tu me fais mal celui qui me pénétrait si fort m'avait dit tagueule tu aimes çà, et quand il fut finit, le deuxième hommes m'avait obligé de lui faire une fellation, je refusais et là il me tirait les cheveux alors tu vas me succer salope, plus je disais non, plus il me mettait des claques donc je l'ai fait, beurk çà m'avais dégoûté au plus au point, j'en ai encore des nausés rien que d'y penser. Il m'ont fait tellement mal que j'avais saigné du vagin, normal j'ai été encore vierge, et celui qui m'avait violé, m'avait dit je suis content car c'est moi et rien que moi qui t'a défloré, j'ai pleuré en sanglot, après avant qu'ils partent , m'avaient dit si tu parles à qui que se soit de ce qu'il s'est passé cette foi-ci on ne te laissera sans vie ce que j'obéis. Alors ils m'ont planté dans cette endroit ignoble donc j'ai du rentré à pied chez mes parents en sanglotant. En rentrant j'ai balancé mon sac dans le couloir et j'ai foncée tout droit dans la salle de bain pour prendre une douche en me frottant fort si fort car je me sentais salie, et pour ne pas laisser de trace en pleurant en sanglot, une fois finit j'avais lavé ma culotte qui était un peu tâché de sang, mes parents ne se sont rendu compte de rien, même plus tard car je faisais en sorte comme d'habitude comme si celà n'était rien passé tout en sachant que rien n'avait été fait, malgrès les douleurs que j'avais au ventre et au vagin je n'avais rien dit, et personne ne c'est aperçu de rien. Et c'est depuis là que j'ai des insomnies et que je continue à faire des cauchemars, on m'a volé mon intimité. Actuellement je me sens encore salie avec beaucoup de haine et de souffrance. En plus j'ai eu des moqueries au lycée qui me disaient du style (je suis sur qu'elle est encore vierge et qu'elle n'aura jamais personne dans sa vie) je n'ai rien dis, j'ai préféré de fuir en ayant les larmes aux yeux. Et deux ans et demi plus tard, j'avais 17 ans et demi, je me suis battue pour reconstruire ma vie et tout oublié, en séchant mes cours de l'après-midi avec deux copines, pour aller à une fête foraine de ma ville là j'ai rencontré un forain qui ramassait les tickets et il nous a fait monter dans le manège gratuitement à moi et mes copines, et il avait des vus sur moi car il n'arrêtait pas de me regarder avec un joli sourir, j'avais compris qu'il voulait sortir avec moi, donc le week-end on s'était revu ainsi que les autres week-end et là on est sortit ensemble et 2 mois après il avait démissionné de son travail, tout en sachant pas où aller, alors moi bête comme un chou j'avais demandé à mes parents s'il pouvait l'herbergé le temps qu'il se trouve un travail et un appartement çà avait pris deux ans, et mes parents ont accepté. J'ai arrêté mes études à 19 ans et 3 mois car çà n'allait plus en cours et chez mes parents aussi. Et deux mois plus tard j'étais parti de chez mes parents puis un mois après j'avais trouvé un travail, j'étais heureuse jusque là, et 6 mois plus tard par une engueulade, il m'avait poussé à terre et m'avait tiré les cheveux en me trainant jusqu'à la salle de bain, j'ai eu très mal, il m'avait soulevé et m'avait mis la tête contre le carrelage, j'avais cru qu'il allait me tué. A plusieur reprise il me battait mais je ne répliquais pas, j'ai continué à vivre avec lui ne voulant pas le quittait car j'avais peur de lui. Et trois mois plus tard je suis tombé enceinte volontairement et très contente d'avoir ce bébé, tout en me disant qu'il va changer, mais c'était faux, après la naissance de mon fils, il recommençait de plus belle, et quand à mon fils quand il avait commencé à marcher donc il touchait à tout et vlant c'était lui qui prenait et quand je le soutenais c'était moi ainsi de suite. Puis me réveiller de temps en temps les nuits pour faire l'amour avec moi, je lui disais je n'ai pas envie et puis je suis fatigué, jusque là il respectait mon choix, jusqu'au jour où après il n'acceptait pas il m'a déshabillé, et je lui avais dit arrête notre fils dort (en plus son lit était dans notre chambre), il me disait tagueule j'ai envie de baiser, et une fois qu'il eu finit j'ai pleuré et je lui est dit tu m'a fait mal, j'en ai rien à faire j'avais envi de baiser maintenant tagueule et dort, je savais très bien que là encore une fois j'ai été victime de viol, là aussi je n'ai rien dit à personne ni fait quoi que se soit, j'étais encore une fois seule, et n'avait pas d'amie. Un soir on s'était pris la tête, donc j'étais dans la chambre en regardant la télévision, et mon fils dormait, lui regardait la télévision dans le salon, alors là étant étonné de sa part car lui ne buvait jamais, il avait bu une bouteille de vin rouge en espace de 2 heures environ, et là il va dans les toilettes pour vomir, voilà dit pas qu'il a vomi sur le mur et la cuvette et en avait aussi sur le sol, bref il rentre dans la chambre est me dit je viens de vomir partout et je me sens pas bien du tout, alors je lui ai dit comment çà, il m'a répondu lève toi et va nettoyer, alors je me lève et quand j'ai vu le dégât je lui ai dis çà va pas dans ta tête je ne le ferais pas, voilà je me prend encore une bonne claque car j'avais la marque des doigt, il m'a fait mal. Un autre jour mon fils avait touché sa chaine hifi ce qu'il lui avait déplu et là il avait entrepri mon fils par le bras en lui disant de ne pas toucher, mais il lui avait arraché un bout de peau, il pleurait car çà lui brûlait, et lui a donné une claque en plus sur la figure et parfois c'était derrière la tête, et là j'ai intervenu en disant jamais plus tu toucheras à mon fils, et lui me répondit c'est aussi le mien, çà tu le sais pas si c'est bien le tien , et là je l'avais mis en colère je me suis pris moi aussi une claque aller/ retour, j'ai sorti le couteau en fesant le geste, et lui me répondait vas-y tu moi si tu en as le courage, il m'avait tellement poussé à bout je lui ai taillé le bas de la nuque, en lui disant jamais plus tu ne léveras la main sur nous. Ce calvaire a duré 8 ans. Entre temps j'ai rencontré qui est actuellement mon mari, c'était en mai 2002, au début c'était que de l'amitier mais dès notre premier rencontre il a vu que j'avais des problèmes mais ne savait pas quoi, car il savait que j'étais en couple avec un enfant. On se voyait tous les 2 jours, et au fil du temps nous sommes sortit ensemble, et c'était avec lui que j'ai raconté mon passé très douloureux car je pouvais compté que sur lui, et lui me disait maintenant tu n'es plus seule je suis là, si quelqu'un te touche tu sais ce que moi je peux faire, il me protègeais me soutenais dans les moment les plus délicat de ma vie, je lui ai dit tu sais je veux vraiment en finir de ma vie, trop fatigué je n'en pouvais plus, je prenais le cuter puis après la lame de rasoir pour charcutais le bras et fait une croix en priant dieu que l'on reprend ma vie, car elle ne représentait plus rien pour moi. Et le ledemain on se revoit et quand il avait vu çà, mon mari me disait mais qu'est ce que tu as fait là, je lui ai répondu je voulais en finir avec ma vie, et lui me disait (eh tu penses à ceux qui t'aime, je lui répondu, non), moi je t'aime plus que tu ne le crois alors mainteant arrêtes tes bêtises, pendant que mon ex-compagnon ne se doutait de rien car j'avais pu lui mentir à chaque fois que l'on se voyait. Et au nouvel an 2003 je l'avait fêté avec mon ex compagnon, mes parents et mon frère, là çà avait commencé un peu à dégénérer puis le ton à monter entre nous, mon frère avait commencé à partir puis mes parents ont suivi, il était environ 2 heures du matin, je leur ai supplié en pleurant de rester mais en vain, donc moi et mon fils nous allons nous couché, et j'ai envoyé des textos à mon mari, en disant là çà ne va pas, mais ne répondit pas car il dormait, et au petit matin mon ex ne se sentit pas concerner de cette engueulade et avait fait partir tout le monde, lui ce qu'il pensait, c'était de couché avec moi, et là la vérité a éclaté maintenant fou moi la paix, j'ai quelqu'un d'autre dans ma vie, et n'essai surtout de me frapper car si je l'appel çà risquerai de faire mal, alors il me dit c'est qui ton berlingot, je lui ai dis fait attention car déjà d'une c'est pas un berlingot et deuxièment il est gendarme, par colère il voulait prendre mon portable pour me le balancer peut être sur moi pour que je ne puisse pas l'appeler mais j'ai réussit à le tenir, là il était fou de rage, je suis parti avec mon fils chez mes parents tout en envoyant un texto à mon mari que çà y est je suis parti définitivement, mais ne savant pas où j'allais dorrmir car je ne voulait pas retourner chez mes parents, mon mari est venu chez mes parents et là il nous a pris tous les 2 chez lui, mais je restais très méfiante avec lui, mais lui m'avait aider à prendre mes affaires et le lit de mon fils, j'étais débarrasé de cet enfer que j'avais veccu. Mais mon calvaire n'avait pas été finit car il me harcelait au travail, et quand j'allais voir mes parents me suivait heureusement que mon mari était là, et un dimanche nous nous sommes promené à une petites fête foraine, mon ex était venu après, si mon mari n'était pas là il m'aurait encore frappé, d'ailleur il a fait des histoires à mon mari en disant que c'était à cause de lui que j'étais partis alors faux c 'est moi et moi seul qui avait pris la déccision, et là il a commençait à vouloir frapper mon mari, lui c'est défendu en le mettant ko au sol prêt pour lui mettre le poing dans la figure, et c'est mon père qui les avait arrêté en disant à mon ex maintenant va t'en, ne le cherche plus. Et mi-janvier 2003, j'en avais tellement marre de toute cette histoire de plus au travail çà n'allait pas, j'ai fait une tentative de suiccide à mon lieu de travail j'étais seule, j'avais pris la boîte à cachet et j'ai tout pris, là j'avais bien dormi mais ce que je me souviens c'était le lendemain je m'étais réveillé en me demandant où j'étais et là j'ai compris que j'étais à l'hopital; j'ai pleuré car je m'étais loupé, d'ailleur je suis resté 3 jours. J'ai appris avec mon mari, cétait quoi l'amour, la douceur, les calins ect. Nous avions pris notre temps pour notre première rapport ensemble, çà avait été fait tout en douceur et en câlin, chose que je n'avais pas connu auparavant mais après l'avoir fait, j'avais pleuré, pourquoi? je n'en savais rien. Il est très gentil avec moi et comprend mon mal être mais malgrès son soutien mes envies de suicide sont toujours présents alors que j'ai 3 enfants dont deux filles avec mon mari, je cupabilise en me disant que tout était de ma faute et je me sens toujours honteuse et salie. Le déclic qu'il fallait que je sois suivi, c'est que j'étais méchante verbalement avec mon mari, je lui pourrissais sa vie car je souffrais de trop, alors que lui ne pouvait rien dans cette histoire, bien au contraire il m'a beaucoup aidé c'est lui et à lui seul que je dois dire un grand merci. Tout en sachant que je suis suivi depuis un mois et demi chez la psychologue, et j'ai beaucoup de mal à parler mais çà vient tout doucement. Tout en sachant que je suis resté dans le silence pendant 22 ans, sans avoir de conseil et de suivi.
Mais je suis complètement épuisé et tout ce qu'il m'était arrivé, çà continue à me pourrir la vie, j'en totalement marre.


Merci à toute ces personnes qui me liront.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victime de viol et de violence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ECHO d'une employée victime du droit !
» charazed : mon papa victime d'une injustice
» Nicolas Sarkozy victime d’un «malaise» cardiaque
» Bourreau corse victime de sa propre veuve ?
» Eure : la société Schneider victime d’une escroquerie de 7 millions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum d'échanges :: CriminoNET :: Section pour les victimes-
Sauter vers: